Début de roman, Julien Blaine, Editions des Vanneaux*
by Gérard-Georges Lemaire

Je ne crois pas avoir besoin de vous présenter Julien Blaine, dont j’ai parlé à maintes reprises dans cette chronique. Avec ce nouveau livre, il nous surprend, non seulement par la forme qu’il a choisit (une forme poétique, mais qui est en réalité un récit en 85 parties). Nous n’avons plus l’émule endiablé de Dada et de Fluxus, mais un écrivain qui médite devant la question de la mort. Cette histoire évoque le décès de son père, advenu en un mois de septembre 2015. Rétrospectivement, quand on a achevé de lire ce livre, on a l’impression angoissante d’un compte à rebours. Chaque « chapitre » condense en quelques lignes (jamais plus d’une page, sauf à la fin) des souvenirs, qui s’égrènent, qui recomposent une existence, mais sans jamais offrir une solution de continuité ou un point de vue d’ensemble. Mais il ne s’agit pas simplement de se remémorer des événements de l’enfance, des circonstances qui ont laissé des traces profondes, mais aussi d’une méditation qui, souvent, reste en suspend : la phrase ne s’achève pas et laisse le lecteur volontairement dans l’expectative. C’est souvent drôle, parfois inquiétant, passant sans cesse du doux à l’amer, du genre James Ensor à la vanité des maîtres du siècle d’or hollandais, mais dans le genre Art Brut et débridé. C’est inclassable (et c’est très bien ainsi) et c’est un singulier chemin de croix intérieur, un questionnement face au temps qui passe inexorablement, une danse bouffonne de mort, des mémoires morcelées qui ne dissimule ni la peur, ni la douleur, ni des obsessions, ni rien d’ailleurs, sans jamais faire une faute de pudeur. En revanche, Julien Blaine ne perd jamais l’occasion de faire des fautes de goût, en bon rabelaisien qu’il est. Il ne veut pas se prendre trop au sérieux ni qu’on le prenne au sérieux – en dépit de la gravité de ces pages. Mais il n’en ai pas moins vrai que s’il n ‘hésite jamais à faire de l’esprit (je veux dire : du mauvais esprit) et de jouer sur les mots (on ne se refait pas), c’est un ouvrage grave et touchant qu’il a composé et qui présente un autre aspect de son art poétique.

*Dalla corrispondenza con Julien Blaine, pubblicato su sua concessione

Print Friendly, PDF & Email
Please follow and like us: