Bloody-mary (poems)
by Liliane Giraudon

 

Médée par amour pour Jason
tue son propre frère
Jason tombe amoureux
de la fille de Créon

Les traditions diverses précèdent
Euripide mais l’infanticide
a toujours été
l’égarement envoyé par les dieux

Epouser une étrangère continue
à poser quelques problèmes
une rose sent plus fort
si un oignon pousse prés d’elle

Peu importe où nous écrivons
une table est notre langue
la lampe sa grammaire
voyelles sous consonnes

Pas plus ici que là-bas
chair des doigts cette douceur
si repérable dans les caresses
pétale gras du lys

Rappelez-vous que
dogmatiser à propos de ponctuation
est aussi ridicule
que dogmatiser sur les nuages

Debout sur la colline
la Reine observait
l’infamie de son époux
à travers de gigantesques
lunettes de théâtre

Autre forme de communication
avec le lecteur
le vers est lui-même
un système de ponctuation

La mort c’est de l’esbroufe
quelque chose comme
une surprise éclaboussante

Une mesure de silence pas
de colère simple énonciation
ici la parenthèse
claque avec un bruit sec

Admettons le
soleil est un photographe
merveilleux agent secret
pour son propre compte

Son cœur sous
l’un des seins bien
protégé des coups
le temps passe
c’est magique
on va tous mourir

L’art de la guenille
autre forme de guérilla
la poésie c’est toujours la guerre
certains jouissent

Vingt quatre images
par seconde c’est monotone
la cuillère s’enfonce
dans une nature peinte

Le temps est une
obscurité il passe
matin midi ou soir
quand le soleil aboie
c’est un cheval il sourit

Dans le noir
sur les gravures on distingue
Agamemnon trompant Clytemnestre
avec une jeune troyenne
potelée

Arrêtez de me parler de
mer alors que nous sommes
à la montagne je continue
à croire au voisinage des sexes

L’héroïne a étudié
la botanique on lui offre
un bouquet d’arum
elle dit avec raison
« c’est une insulte »

Il y a des plantes
dites de cadavre
elles possèdent la couleur
cadavérique attirent
les insectes qui se nourrissent
de charogne

Pareil pour le poème
papier ou dans la bouche
les grecs utilisaient le même
mot pour nommer
le lit et l’épouse

Les rêves au réveil
laissent une sensation d’angoisse
crapulerie ou esthétique dégradée

Ce corps habillé
musical organique
sa double énonciation
en a troublé plus d’un
je vous l’accorde

Tout genre est mauvais
seul importe l’usage
réunir sépare
ce fruit comme vous
sera dévoré ou bien
il tombera

Print Friendly, PDF & Email
Please follow and like us: